16/09/2014

Médias

Déplacement dans la Creuse pour soutenir Jean Auclair : Article dans La Montagne et dans le Populaire du Centre

Auclair ajoute la corde Larcher à son arc

Si Jeannot n'a pas donné du Gégé à Gérard Larcher, samedi soir à Cressat, le coeur y était cependant. Souvenirs de parties de chasse communes bienvenus avant l'ouverture. Et surtout tirs au pigeon sur l'adversaire socialiste, national ou local, inscrits au plan cynégétique du candidat aux sénatoriales creusois et de l'ex-président du sénat qui compte bien le redevenir.

No man's land rural

D'un commun accord, les deux UMP n'insistent pas trop sur leur parti. Jean Auclair s'est déclaré sans étiquette (mais soutenu par l'UMP 23) et Gérard Larcher veut rester neutre dans la campagne pour la présidence du parti. Et de prévenir, déjà, que s'il en prend la présidence du Sénat, ce sera une assemblée « libre et autonome, pas l'annexe d'un parti, y compris de ma propre famille politique ». La Creuse, Gérard Larcher va l'ériger en symbole d'une ruralité qui s'effondre : « Aujourd'hui, c'est comme si on creusait un no man's land entre des métropoles et des régions puissantes. Enfin, pas toutes les régions. La vôtre, on ne sait pas trop vers où elle s'en va ».

Un rural économique

Un rural, fonds de commerce électoral ? « Plus vraiment, la réforme des municipales a sur-représenté les communes urbaines parmi les grands électeurs. Les socialistes pensaient que cela allait préserver leurs positions. Pas de pot C'est à nous que cela a profité ».

Le rural, donc, parce que c'est une « responsabilité du Sénat. La chambre des territoires, notamment les plus en difficultés. Je ne pleure pas dessus, au contraire : ce sont des territoires économiques, un atout pour notre pays. Avant, nous avions la plus belle filière agroalimentaire, restaurons-la ».

Que faire du Sénat ? « Il est passé en dessous de l'écran radar, avec une majorité qui n'en est plus une. Un Sénat qui ne vote plus rien. Nous redeviendrons l'assemblée des territoires qui offrira une opposition constructive et une fonction du président du Sénat interpellateur du président de la République ».

La fin des départements ? Passera pas !

Et Gérard Larcher de promettre un rétablissement de « la seule assemblée à pouvoir exprimer un désaccord entre le peuple et le pouvoir en place depuis que le quinquennat a transformé l'Assemblée nationale en réplique sismique de la présidentielle ».

Et les Nouvelles ruralités, l'hyper-ruralité, façonnées par des élus socialistes ? « Ces initiatives sont intéressantes, mais que les votes concordent. Regardez, la réforme territoriale et ses intercommunalités à 20.000 habitants. Cela fait cinq ou six intercommunalités pour toute la Creuse ? Est-ce suffisant pour défendre les intérêts des plus petits villages ? Bien sûr que non ! » 

Portes entrouvertes

Des réformes, sur lesquelles il avertit : « Voyez les départements, ils disparaissent, puis réapparaissent mais qu'en ruralité, ce que ne laissera jamais passer le Conseil constitutionnel. Il faudra une réforme constitutionnelle que notre Sénat refusera de voter. Donc, ça ne se fera jamais ».

Quant à Jeannot, Gérard Larcher est venu soutenir cette personnalité qui « quand j'étais ministre du travail, rentrait dans mon bureau et toujours ressortait avec de l'argent. Pire que de recevoir la CGT dans les moments les plus tendus ».

L'intéressé sourit : « Il y a un mois, je n'y croyais pas. Mais, des remontées du terrain me font penser que les portes du Sénat s'entrouvrent devant moi ». Presque une chanson de Johnny.

2014
# TWITTER
2014
2014
# FACEBOOK
2014
2014
# A LIRE
2014
La nation française, un héritage en partage : rapport de Gérard Larcher Président du Sénat au Président de la République
>> lire sur calaméo
>> Télécharger
2014
Retrouvez mon projet pour le Sénat "Le Sénat peut Relever la République" envoyé aux Sénatrices, aux Sénateurs et à l'ensemble des candidats aux sénatoriales pendant l'été....
>> Télécharger
2014
# Albums
2014
2014
>> Les photos
2014
# CONTACT
2014
SENAT
15 rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél : 01 42 34 36 78
g.larcher@senat.fr
2014
PERMANENCE
7 bis rue Ferdinand Dreyfus
78120 Rambouillet
Tél : 01 34 83 15 92
larcher.permanence@gmail.com

Jours d'ouverture :
Les lundis de 8h45 à 12h et de 13h30 à 17h30
Les jeudis de 14h30 à 17h30
Les vendredis de 8h45 à 11h15 et de 13h30 à 17h30
Les samedis de 9h00 à 12h

Sa collaboratrice parlementaire, Catherine Pignol, est à votre disposition :
Les lundis et vendredis de : 8h45 à 11h15 et de 13h30 à 16h15
Un samedi sur deux de 9h00 à 12h00
2014
>> Contact
2014
2014
2014
2014
© 2016 Gérard Larcher      Mentions légales  |  Liens