12/05/2014

Discours

Intervention lors de la grande réunion départementale pour les Européennes avec Alain Lamassoure

  

Discours de Gérard LARCHER
Sénateur des Yvelines
Réunion publique pour les élections européennes
 Le lundi 12 mai 2014
Marly le Roi

                                                                 *******

Monsieur le Maire de Marly Le Roi,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Chers candidats,
Madame le Député Européen,
Monsieur le Maire d’Elancourt,
Chère Cécile DUMOULIN,
Chère Sylvie PIGANEAU,
Mesdames et Messieurs les élus,
Chers amis,

 

Heureux d’être à Marly autour de Jean-Yves PERROT.

C’est un grand plaisir pour moi de vous retrouver ce soir ici, à Marly Le Roi pour cette réunion publique autour d’Alain LAMASSOURE, Cécile DUMOULIN, Jean-Michel FOURGOUS et Sylvie PIGANEAU.

Cher Alain LAMASSOURE, on connaît votre influence au Parlement !

Je voulais ce soir vous dire pourquoi comme Président de l’Amicale Gaulliste du Sénat je soutien cette liste. Car c’est elle qui me paraît incarner les intérêts de la France et de l’Europe, pas simplement par cohérence avec le vote du bureau politique dont je suis membre.

Vous le savez,  je crois, malgré toutes ses insuffisances, en l’Europe. Ma conception se trouve dans les propos du Général de Gaulle :

« Une Confédération, c’est-à-dire un organisme commun auquel les Etats, sans perdre leur corps, leur âme, leur figure, délèguent une part de leur souveraineté en matière stratégique, économique, culturelle »

Je fais partie de ceux qui, en 1992, ont voté contre la ratification du traité de Maastricht aux côtés de Philippe SEGUIN. Il y avait à l’époque un très large débat qui nous divisait.  Ce n’était pas là un vote contre l’Europe, mais contre une Europe qui mettait en place une monnaie unique sans avoir au préalable engagé une convergence à la fois fiscale et sociale. Entre Souverainisme et Europe Libérale, je suis le partisan d’une « Europe de la Volonté » pour reprendre la formule de Jean BIZET, sénateur, Vice-Président de la commission du Sénat pour l’Union Européenne.

A quelques jours des élections européennes, alors que la croissance en France est en berne et que notre manque de compétitivité nous empêche de nous relever, n’accablons pas l’Europe de nos propres faiblesses :

  • 13ème en matière de croissance du Produit Intérieur Brut dans la zone Euro,
  • 22ème dans toute l’Union Européenne.

Et je n’ose nous comparer avec l’Allemagne… 

Si l’Europe est imparfaite, avec une image parfois bureaucratique, l’Europe est d’abord une chance pour la France et les Français. Elle a d’abord été faite pour assurer la paix. Et en ces temps de crise ukrainienne, il n’est pas inutile de nous rappeler que la paix n’est pas un acquis.

Nous devons faire preuve de pédagogie pour expliquer aux Françaises et aux Français quelle est l’action de l’Union, quel est le rôle du Parlement Européen, et comment leurs décisions impactent notre quotidien et que de l’élection du 25 mai dépend le choix du Président de la Commission.

Les résultats des élections européennes du dimanche 25 permettront d’orienter la politique de l’Union et de faire valoir la position de la France. Cette politique aura demain une action directe et concrète sur plus de 500 millions de citoyens européens.

Avec ma sensibilité, je soutiens totalement la liste UMP, menée en Ile de France par Alain LAMASSOURE et Rachida DATI avec nos amis Yvelinois Cécile DUMOULIN, Jean-Michel FOURGOUS, et Sylvie PIGANEAU. Cette liste porte un programme à la fois exigeant et réaliste. Oui « Pour la France, agir en Europe ». Oui agir en Europe, non pour nous lamenter sur l’Europe ou Schengen mais pour agir et faire entendre la voix de la France.

La France doit retrouver sa voix en Europe, nous devons rebâtir un couple franco-allemand fort en Europe. C’est pour cela que notre vote est capital !

C’était le discours de l’Albert Hall, il y a 72 ans :

«  La France souhaite désormais tout faire pour qu’en Europe ceux dont les intérêts, le souci de leur défense et les besoins de leur développement sont conjugués avec les siens se lient à elle, comme elle-même à eux, d’une manière pratique et durable ».

 

Pour demain et pour la France, nous devons dire :

Oui à une Europe qui protège mais non qui se recroqueville;
Oui à une Europe qui innove ;
Oui à une Europe qui régule car l’Europe ne peut être ouverte sans contrepartie ;
Oui à une Europe qui anticipe ;
Oui à une Europe  des valeurs, la première étant la démocratie.

C’est cette Europe que défendent Alain LAMASSOURE et ses colistiers ! Ce sont les principes que nous avons voté en bureau politique, c’est le projet de tout l’UMP !

L’Europe peut construire demain un véritable humanisme du 21ème siècle, à la fois lucide et exigeant, elle en a aujourd’hui les moyens, il lui faut la volonté !

Gérard LARCHER

 

 

Elections
2014
# TWITTER
2014
2014
# FACEBOOK
2014
2014
# A LIRE
2014
La nation française, un héritage en partage : rapport de Gérard Larcher Président du Sénat au Président de la République
>> lire sur calaméo
>> Télécharger
2014
Retrouvez mon projet pour le Sénat "Le Sénat peut Relever la République" envoyé aux Sénatrices, aux Sénateurs et à l'ensemble des candidats aux sénatoriales pendant l'été....
>> Télécharger
2014
# Albums
2014
2014
>> Les photos
2014
# CONTACT
2014
SENAT
15 rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél : 01 42 34 36 78
g.larcher@senat.fr
2014
PERMANENCE
7 bis rue Ferdinand Dreyfus
78120 Rambouillet
Tél : 01 34 83 15 92
larcher.permanence@gmail.com

Jours d'ouverture :
Les lundis de 8h45 à 12h et de 13h30 à 17h30
Les jeudis de 14h30 à 17h30
Les vendredis de 8h45 à 11h15 et de 13h30 à 17h30
Les samedis de 9h00 à 12h

Sa collaboratrice parlementaire, Catherine Pignol, est à votre disposition :
Les lundis et vendredis de : 8h45 à 11h15 et de 13h30 à 16h15
Un samedi sur deux de 9h00 à 12h00
2014
>> Contact
2014
2014
2014
2014
© 2016 Gérard Larcher      Mentions légales  |  Liens